“Provocation raciale” ? Retour sur la condamnation d’Alain Soral à propos de l’incendie de Notre-Dame

0
Comme le précisait Maître Viguier vendredi 18 septembre 2020, Alain Soral a été condamné par la 17e chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Paris à 90 jours-amende de 60 euros ainsi qu’à 1500 euros de frais de justice par partie civile après avoir été déclaré coupable de « provocation raciale ». Le contexte ? Des propos tenus sur un compte VK au nom d’« Alain Soral » (compte supprimé depuis par VK et dont rien ne prouve qu’il était tenu par Alain Soral) suite à l’incendie de Notre-Dame de Paris.

Parmi les propos retenus et attribués à Alain Soral, cette phrase :

« La haine du Christ et de ses lieux de culte provient d’abord de la Synagogue. »

Non seulement il n’y a absolument rien de « racial » dans cette assertion, mais, en plus, elle ne contredit en rien les propos de certains représentants de ladite Synagogue !

Très en vue, le rabbin de Beit El (Israël) Shlomo Aviner avait en effet déclaré au lendemain de l’incendie de Notre-Dame :

« C’est le châtiment divin pour avoir brûlé le Talmud. »

« Le temps du châtiment est venu. »

« Ils doivent être punis. Le christianisme est notre ennemi numéro un à travers l’Histoire. On a tenté de nous convertir, que ce soit par la parole ou par la force, nous avons été les victimes de l’Inquisition menée contre nous, on a brûlé des Talmud, il y a eu des expulsions, des pogroms. L’antisémitisme occidental est né de la haine des “assassins de Dieu”. Tout cela a aussi eu un rôle dans la Shoah. Les Français ont remis les juifs aux camps d’extermination… »

« Il n’y a pas de mitzvah (commandement) de se réjouir des incendies des églises chrétiennes à l’étranger. Dans notre terre sainte, le sujet est plus compliqué. En effet, le Satmar Rebbe a écrit une de ses raisons pour ne pas immigrer en Israël, car ici c’est une mitzvah (commandement) de brûler des églises, et comme ils ne le font pas, ils violent également l’interdiction. »

D’origine française, le Rav Aviner n’est pas le seul à avoir vu dans cet incendie une punition divine infligée à la France et au catholicisme.

Le Rav Ilaï, rabbin du groupe Yavneh, responsable du collège religieux Rach Hasadeh, enseignant au cours préparatoire Tzahali et au Matan, s’est par exemple exprimé ainsi :

« Ce n’est pas le premier incendie au sein de la cathédrale Notre-Dame de Paris. En effet, il y a 777 ans, dans la cour de ce magnifique bâtiment, les chefs de l’Église catholique ont rassemblé environ 1200 manuscrits du Talmud et les ont brûlés, ce qui est considéré comme l’un des événements antisémites les plus célèbres de l’histoire.

Au même moment, les juifs de Paris ont été obligés de porter un écusson spécial sur leurs vêtements (si cela peut vous rappeler l’étoile jaune). Quelques années plus tard, inspirés par l’événement, les juifs de Paris ont été expulsés de chez eux.

L’incendie d’aujourd’hui est un événement bouleversant, les images sont regrettables et l’incendie criminel est une véritable horreur. Et en plus de tout cela, cela me fait peur d’entendre les juifs se plaindre de la perte d’un lieu qui était un repère de l’antisémitisme, pour la haine des juifs et pour les blesser… »

Et comme le rappelait très justement Youssef Hindi en mai 2019 :

Les destructions d’églises sont monnaie courante en Palestine occupée : une église a été incendiée le 18 juin 2015, une maison du Patriarcat a été délibérément détruite en novembre 2013 à Jérusalem, le 20 septembre 2017, l’église Saint-Étienne de Bet Gemal, à 30 kilomètres de Jérusalem, a été saccagée.

Les attaques ciblant directement les chrétiens défraient souvent la chronique, comme récemment l’agression survenue en juin 2019 contre des séminaristes et un prêtre arménien :

« Alors qu’une vingtaine de séminaristes accompagnés par leur prêtre doyen, quittaient le séminaire théologique arménien pour se rendre, comme chaque semaine au Saint-Sépulcre, trois juifs extrémistes accompagnés d’un chien muselé, leur ont craché dessus et les ont verbalement insultés en hurlant : « Que meurent les chrétiens ! » et « Nous vous chasserons hors du pays ! ». Ils ont ensuite enlevé la muselière de leur chien et l’ont lancé à l’attaque du doyen. Les séminaristes ont alors ôté leurs soutanes pour protéger le doyen des morsures et les ont agitées pour distraire l’attention du chien. Les trois extrémistes sont alors passé à l’attaque contre les séminaristes dont un a eu la main cassée, puis ils ont pris la fuite pour se rendre au commissariat de police de la vieille ville afin… de porter plainte contre les Arméniens qui auraient tenté de les lyncher ! Le Patriarcat arménien a porté plainte contre ces agresseurs et appelle à leur condamnation. Ce type d’incidents antichrétiens est malheureusement très fréquent à Jérusalem. »

La volonté israélienne d’affaiblir, voire de faire disparaître la présence chrétienne en Palestine occupée est une réalité. Il y a, dans la tradition juive – comme dans la tradition républicaine française – le projet de destruction du christianisme, mais également de l’islam. La destruction de ces deux religions étant un préalable à l’avènement des temps messianiques.

À se demander où se situe la provocation dans les commentaires des uns et des autres autour de l’incendie de Notre-Dame ! Pas sûr qu’elle soit du côté indiqué par le tribunal…

Et pour aller plus loin,
réécouter les deux émissions d’ERFM sur le sujet !

Diversion suivante

Pas de seconde vague pour le professeur Toussaint !

Soutenez-nous pour nous permettre de continuer, et surtout d'aller bien plus loin encore : https://fr.tipeee.com/quartier-libre 🙏 🙏 🙏 Rejoignez le Forum Quartier Libre : https://www.quartierlibre.tv/forum/ ... Read more

Diversion précédente

Mes Libertés Politiques : semaine du 14 au 18 septembre 2020

Quelle liberté d'enseignement en France ? Macron.com, agence en péril Pour Le Monde, rien d'immonde ! La théorie du genre n'existe pas ! Un veinard ... Read more

Vous pourriez aimer

Loading...

2 Comments

  1. « Prôner la suppression de l’humanité comme réalisation de la liberté humaine — ce que font, par des voies différentes, aussi bien certains penseurs radicaux pour qui le mode de vie des australopithèques représente l’avenir du genre humain, que les prophètes hallucinés du cyborg, cet hybride homme-machine, ou encore ceux qui prétendent remodeler l’humanité en bidouillant son génôme –, c’est toujours, en fin de compte, vouloir réaliser le même rêve : remplacer l’individu humain tel que nous le connaissons, gênant et maladroit, avec son intolérable lot d’imperfections, par quelque chose de nouveau et de meilleur, ce qui serait en effet la confirmation, tant attendue, de l’idéologie du progrès. Mais toutes ces fuites en avant — ou en arrière, ce qui revient au même — ne prouvent qu’une seul chose : le désarroi, voire le délabrement intellectuel de leurs partisans.

    « Ceux qui annoncent, pour s’en réjouir ou pour s’en effrayer, un effondrement à venir de la civilisation se trompent : il a commencé depuis longtemps, et il n’est pas excessif de dire que nous nous trouvons aujourd’hui après l’effondrement. »

    — Jean-Claude Mandosio, Après l’effondrement. Notes sur l’utopie néotechnologique, Encyclopédie des nuisances, Paris (2000), p. 14

    Extrait tiré de l’introduction du livre sur la Très Grande Bibliothèque nationale de France (TGBNF) auquel Soral fait référence dans cette vidéo.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :